La transversalité, source de performance pour la ville numérique

Transversalité représentée par le téléphérique

Variété des missions, variété des projets

Une collectivité se différencie très fortement d’une entreprise par la diversité de ses missions.

Une usine par exemple, a une mission bien définie. Elle doit produire telle gamme de produit, en volume, au meilleur coût et avec la meilleure qualité possible. Pour mener ce travail à bien, quelques métiers spécialisés sont suffisants.

La collectivité, quant à elle, se voit engagée dans de multiples tâches aussi diverses que la gestion des bâtiments, la voirie, les espaces verts, la collecte et le traitement des déchets, l’accueil du public, etc.

Cela fait une énorme différence au point de vue de la transformation numérique.

Dans une usine, tout est ultra spécialisé.

Par contre, au niveau des collectivités, c’est la variété qui domine :

  • Infrastructures multiples : au doigt mouillé, une ville compte un bâtiment public pour 500 habitants ce qui fait rapidement 100 bâtiments, voire plus. Et cela pour des usages différents (techniques, sportifs, administratifs, éducatifs…) et des niveaux d’équipement technique variés. Au bâti, il faut ajouter les parcs et jardins, les Points d’Apport Volontaire (colonnes enterrées, armoires à bacs), l’Infrastructure de Recharge pour Véhicules Électriques, les parkings publics, la piscine, etc. Une paille à gérer correctement.
  • Potentiel de numérisation considérable : chaque métier, chaque élément d’infrastructure, voire chaque bâtiment a sa spécificité technique et opérationnelle. Heureusement, tous les projets digitaux n’ont pas besoin d’être pharaoniques. Bon nombre de situations pourront être optimisées avec un soupçon de technologie et deux doigts de bon sens.

Un projet = une solution, une équation insoutenable

De la même façon que l’on n’imagine pas changer de tableur pour chaque nouvelle feuille de calcul, il n’est pas possible d’adresser chaque besoin à travers une solution spécialisée :

  • Trop complexe : chaque outil possède son propre langage, ses codes, ses interfaces (plateforme web, application dédiée…). Dans les meilleurs cas, les utilisateurs feront l’effort sur quelques-unes seulement, voire rejetteront en bloc l’approche dont la difficulté pratique détruit les bénéfices attendus ;
  • Trop lourd : multiples fournisseurs à intégrer, multiples contrats à gérer, des interfaces à négocier et gérer avec chaque système (voire entre eux) ;
  • Trop cher : la multiplication des dépenses devient rapidement un élément limitant, qui affecte le nombre de projets effectivement déployés et ralentit la modernisation et l’optimisation des opérations dont les villes ont pourtant besoin dès aujourd’hui.

C’est pourquoi, une solution transversale, capable de supporter de nombreux cas d’usage au sein de la collectivité, lui permettra d’éviter ces écueils.

Transversalité représentée par le téléphérique de Grenoble

Solution transversale pour la ville numérique, quels aspects essentiels ?

Les trois qualités essentielles d’une solution transversale pour un territoire numérique :

1. Versatilité des cas d’usages

La versatilité de la solution est l’essence même de la transversalité. La solution doit permettre d’adresser un grand nombre de situations au sein de la ville ou du territoire considéré. Y compris des projets futurs non encore planifiés (voire non encore imaginés) qui apparaîtront à un rythme soutenu.
Pour y parvenir, la solution doit être suffisamment ouverte pour s’interconnecter avec de très nombreuses applications métier et des sources de données de toute nature (IoT et machines connectées, GTB, services web, etc.).

2. Simplicité et évolutivité de la mise en place des projets

Pour les métiers, par les métiers : il est très important que les projets numériques soient mis en place par ceux qui en ont besoin : les métiers. Dans une ville, il s’agit typiquement des responsables du patrimoine, de la mobilité, des parcs et jardins, de la collecte et du traitement des déchets, etc. Ces agents sont experts de leur métier, sans être des informaticiens. La mise en place d’un projet doit donc être simple (en particulier ne pas exiger de formation complexe) sans toutefois affecter la richesse des scénarios accessibles.

  • Autonomie : le recours systématique à la DSI pose des problèmes de charge de travail pour celle-ci, de complexité organisationnelle (priorisation, planification…) et introduit des délais de réalisation inutiles. La DSI valide les outils, met en place leur intégration dans le Système d’Information, fait éventuellement du support aux utilisateurs, mais doit être le moins possible impliquée dans l’ajustement et l’utilisation quotidienne des outils transversaux.
  • Évolutivité : les besoins évoluent, des axes d’optimisation apparaissent, les organisations changent – et les scénarios doivent en faire autant, sans difficulté. Le réglage fin des logiques fonctionnelles se doit d’être simple et ultra-rapide.

3. Intuitivité de l’utilisation

Dans un bon nombre de situations, l’utilisateur final sera différent de l’expert métier qui a mis en place les scénarios. Ceux-ci pourront impliquer des agents de terrain, des partenaires extérieurs, voire les citoyens. Il est en pratique impossible de mobiliser l’attention de ces publics sur des outils nouveaux. Les interactions avec les utilisateurs doivent impérativement être intuitives et réutiliser les outils génériques qu’ils mettent en œuvre quotidiennement.

Dans certains cas, la mise en place de solutions très spécialisées peut s’avérer un bon choix pour la ville numérique. Par contre, le déploiement de multiples solutions demeure trop complexe, trop lourd et inaccessible en terme budgétaire. C’est pourquoi une solution transversale, capable de supporter un nombre important de scénarios est une nécessité absolue.

Celle-ci doit être versatile, évolutive et intuitive : qualités inhérentes aux implémentations no-code et langage naturel dont Agora Software est le précurseur.

_

Si cet article vous a intéressé, vous pourriez également aimer celui-ci : Animez le parc immobilier de votre collectivité, ou encore aller directement sur notre page dédiée aux Villes et Territoires.

Ne manquez pas notre actualité sur notre page LinkedIn.

Souhaitez-vous aller plus loin et découvrir comment la combinaison [langage naturel + processus no-code] peut contribuer au succès des projets de transformation digitale et IoT de votre organisation ?