Maintien à domicile : les données à la rescousse

maintain isolated or elderly people at home

Transition démographique

La majorité des européens vieillit dans de bonnes conditions d’autonomie. En France, seuls 8% des personnes âgées de plus de 60 ans sont dépendantes. Cette proportion monte à seulement 20% pour les plus de 85 ans.

Toutefois, cela représente un nombre significatif de personnes.  

Fin 2017, on comptait 1,3 million de personnes bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), réservée aux personnes de plus de 60 ans reconnues dépendantes (source : CNSA 2019).

Ce chiffre pourrait approcher les 2 millions en 2040. La proportion sera encore plus forte dans des pays tels que le Japon, l’Italie ou l’Espagne.

Graphique représentant l'évolution de la part des 80 ans et plus dans la population

Évolution de la part des 80 ans et plus dans la population (source : HCFEA, Politiques de soutien à l’autonomie des personnes âgées, mars 2019)

Lorsqu’on interroge les Français sur la perte d’autonomie, la majorité d’entre eux (90%) plébiscite le maintien à domicile.

  • Il coûte moins cher : une maison de retraite revient en moyenne à 2200 euros par mois, ce qui est difficilement soutenable pour de nombreuses familles ;
  • Il facilite le lien social : 90% des personnes âgées qui partent vivre en établissement spécialisé le feraient contre leur choix, souhaitant avant tout pouvoir garder leurs activités sociales et leur voisinage.

Le numérique est une réelle aide au maintien à domicile

Rester dans le cadre familier de son domicile et retarder l’entrée en EHPAD, c’est le souhait de la plupart des personnes âgées ou dépendantes, et de leurs familles. C’est souvent possible, pour peu qu’on anticipe les conséquences de la perte d’autonomie.

En France, près de 450 000 personnes de plus de 65 ans font une chute à domicile chaque année.

C’est la première cause de mortalité accidentelle chez les seniors. 

Une “simple” blessure peut avoir des conséquences physiques et psychologiques lourdes.

C’est pourquoi le développement d’une filière de services d’aide à la personne en environnement numérique est un levier important pour répondre à ces défis. 

« Les outils numériques sont considérés comme un levier indispensable pour l’optimisation de l’organisation (back et front office), l’intégration et la coordination des services ».

Par exemple :

  • Domotique : ouvrir les volets, allumer la lumière réguler le chauffage… ces tâches peuvent être facilitées (télécommande), voire automatisées.
  • Téléphones adaptés (avec de grosses touches, plus simples, fonction SOS…), services d’alarme et de téléassistance…
  • Objets connectés avec indicateurs de santé et aide aux handicaps. Détecteur de chute, aide à la prise de médicaments, montre parlante pour les déficients visuels, sonnette à flash pour les malentendants…

Le maintien à domicile des personnes fragiles peut être décliné sur plusieurs axes. Mobilité, isolement, prévention, etc.

Un thème récurrent est celui de l’isolement. Effectivement, la famille étant souvent éloignée, elle est donc privée des moyens d’information et d’intervention rapide.

 

Détecter

Si on prend le thème de la détection de chute ou de la difficulté à se lever, de nombreuses informations, une fois associées les unes aux autres, donnent un faisceau d’indications suffisamment précises pour prévenir, alerter et intervenir à temps.

Informations liées à l’environnement général :

  • Prévisions météorologiques
  • Alertes canicule et grand froid
  • Calendrier général (jours fériés, etc.)

Informations liées à la personne :

  • Calendrier personnel (absences programmées)
  • Consommation d’eau
  • Consommation d’énergie (gaz, électricité)
  • Ouverture du réfrigérateur, de portes intérieures et extérieures
  • Détecteur de présence, de mouvement
  • Détecteur de chute
  • Données environnementales dans le domicile (CO2, température, luminosité…)
  • Dispositifs de surveillance à distance (montre connectée, etc.)

Données relatives au maintien à domicile

On le voit, les options sont nombreuses, parfois redondantes.

Il n’est pas forcément utile de toutes les utiliser, mais cela permet de nombreuses combinaisons. Fonction des équipements en place, état de santé des personnes concernées, budgets disponibles et tous les scénarios que l’on souhaite mettre en place.

De plus, le croisement d’informations provenant de systèmes divers et indépendants présente l’avantage de renforcer la confiance des diagnostics à distance.

 

Communiquer et agir

Une fois les situations « à risque » détectées, il est nécessaire de les confirmer auprès de la personne, d’un proche ou encore de prévenir un service d’aide à domicile.

Ces communications sont sensibles et doivent répondre à des critères précis.

  • Discrétion, respect de la vie privée
  • Précision (éviter les fausses alarmes)
  • Sûreté (ne pas oublier de vraies situations à risque)
  • Simplicité de l’expression, des questions posées et des informations partagées

Il faut utiliser tous les moyens disponibles dans le contexte de chaque personne et de ses proches.

  • SMS
  • Téléphone
  • Réseaux sociaux (WhatsApp, Messenger…)

 

Exemples

Scénario 1 : détection de réveil

Par exemple, le réveil d’une personne isolée est caractérisé par une série de marqueurs qu’il est possible de capter facilement, voire de combiner pour renforcer la confiance dans l’information. 

Scénario Agora de détection de réveil pour les personnes âgées

Scénario 2 : détection d’un environnement à risque

La qualité de l’environnement dans un logement est indiquée à travers une série de valeurs physico-chimiques accessibles avec des capteurs discrets et peu coûteux.

Des gabarits, pouvant prendre en compte les variations saisonnières, permettent de vérifier que tout est correct.

Scénario Agora indiquant un environnement à risque pour les personnes âgées

 

Scénario 3 : alertes infos santé

Enfin, en cas de situation climatique à risque, il peut être utile de communiquer des messages de prévention, et de s’assurer qu’ils sont pris en compte.

Ces informations peuvent également être complétées par des informations pratiques, ou simplement des messages conviviaux.

Scénario Agora pour les alertes info santé

Les données, aujourd’hui simples à obtenir à partir de capteurs peu coûteux et de services en ligne, sont à même de fournir des informations essentielles pour le maintien à domicile de personnes isolées.

Combiner facilement ces données, définir les scénarios et communiquer en langage de tous les jours, permet aux territoires et aux services d’assistance d’offrir des services efficaces à des conditions économiques supportables par les collectivités et les personnes concernées. C’est bien là qu’Agora Software est à même d’apporter sa pierre.

Naturally, no code. Faire collaborer utilisateurs, applications, IoT et services Web n’a jamais été aussi simple et rapide. Imaginez et créez vos scénarios grâce au langage naturel et à l’orchestration no code.

Si cet article vous a intéressé, pour pourriez également lire La transversalité, source de performance pour la ville numérique ou aller directement sur notre page dédiée aux Villes et Territoires pour y découvrir d’autres cas d’usages.

Retrouvez-nous sur notre page LinkedIn.

Souhaitez-vous aller plus loin et découvrir comment la combinaison [langage naturel + processus no-code] peut contribuer au succès des projets de transformation digitale et IoT de votre organisation ?